This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
lundi, 22 juin 2015 12:28

Israël et des leçons à ne pas oublier!!

Israël et des leçons à ne pas oublier!!
IRIB- Selon l’agence de presse Tasnim, citant le site d’information «Al-Ahed»,
alors que le régime sioniste a prétendu, d’une part, qu’il aidera les Druzes, en Syrie, et qu’il lancerait une intervention militaire, si nécessaire, de l’autre, il a annoncé que l’intervention militaire, en Syrie, est exclue, et que Tel-Aviv ne s’engagerait pas, militairement, dans une guerre en cours, en Syrie. Cependant, les points de vue divergent, à l’intérieur de la Palestine occupée, et certains responsables sont allés même jusqu'à insister sur l’impératif d’une intervention militaire, en Syrie, tandis que d’autres s’y opposent vivement. Les démarches entreprises par les Druzes, résidant dans les territoires occupés, en vue d’aider les villes abritant des Druzes syriens, à Soueïda et Quneitra, qui sont à proximité des frontières de la Palestine occupée, ont réchauffé les débats. Ce faisant, ce qui mérite réflexion est l’article publié par le journal «Israel Hayom», proche du Premier ministre du régime sioniste, Benyamin Netanyahu, sur les débats en cours, au sein de cette entité. En réponse à ceux qui sont partisans d’une intervention militaire, en Syrie, le journal «Israel Hayom» leur demande de se rappeler, ce qui s’est passé, pour l’armée du régime sioniste, au Liban, et de s’interroger, s’il fallait répéter les erreurs du passé ? Eyal Zisser, un auteur du quotidien israélien, «Israel Hayom», a souligné, dans un article, que, dans ses prochaines offensives militaires, le régime sioniste devait agir, les yeux ouverts, et loin de tout illusionnisme irréel. Si Daech arrive, sur le point zéro des frontières ou si le Front al-Nosra décide d’attaquer Israël, Tel-Aviv ne doit pas lancer une offensive contre la Syrie. Cet article ajoute que tout le monde sait comment commence une offensive militaire, sans pouvoir prévoir la date et les modalités de sa fin. Au Liban et dans la foulée de l’éclatement d’une guerre interne, dans les années 70, Israël, sous prétexte d’acheminer des aides humanitaires, a confronté l’organisation, pour la libération de la Palestine, dans le Sud du Liban, et, finalement, il s’est vu, sur les champs de combat, et tout le monde, la fin de cette histoire… Israël, la tête baissée, s’est vu contraint de se retirer du Liban. L’auteur de cet article a poursuivi que le régime sioniste est resté, pendant quelques années, sur sa propre ceinture sécuritaire, au Sud du Liban, et que lorsqu’il a saisi qu’il n’était pas de bon choix de rester, sur le sol ennemi, et parmi les habitants, qui sont ses ennemis, il a dû battre en retraite. Dans une autre partie de l’article du quotidien "Israel Hayom", on peut lire : «Il revient à Israël de relire, chaque jour, la leçon qu’il a apprise, au Liban, et lorsqu’il se voit devant la crise syrienne, doit la placer, dans son cœur, la moindre intervention, même superficielle, conduira le régime de Tel-Aviv vers une présence militaire permanente, dans des régions, dont les habitants, notamment, les Druzes, et etc, se considèrent comme des Syriens et obéissent aux ordres du gouvernement syrien. Le régime sioniste ne doit, donc, pas y intervenir, militairement, même si Daech arrive sur le point zéro des frontières ou bien le Front Al-Nosra change de méthode et entre en action contre le régime israélien».

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir