Imprimer cette page
lundi, 01 juin 2015 11:21

Un émirat takfiri, bientôt, en Syrie ?

Un émirat takfiri, bientôt, en Syrie ?
IRIB- Khaled al-Aboud, député au Parlement, estime que le leadership syrien ne permettra aux milices armées et aux groupes takfiristes de constituer leur émirat, dans aucune région de la Syrie.
Dans une interview avec le journaliste de l’agence iranienne, Fars à Damas, M. Khaled al-Aboud a réagi, aussi, à l’occupation de la ville de Tadmor, (Palmyre), dans la province de Homs, par les terroristes de Daesh, en soulignant que l’assaut des terroristes contre cette partie du territoire syrien est une étape du complot impérialiste des dirigeants américains contre la Syrie et l’ensemble des pays du Moyen-Orient.
«Certains milieux veulent suggérer que la ville de Tadmor est, actuellement, sous le contrôle des opposants politiques, qui se battent contre le gouvernement de Damas, et qui ont décidé de présenter, à Tadmor, un modèle de l’Etat qu’ils proposent, comme alternative au gouvernement de Damas. Si c’est vraiment le cas, pourquoi assistons-nous, aujourd’hui, aux crimes de Daesh, dans cette province ? Il est évident qu’aucun peuple, dans aucun pays, ne souhaite être gouvernés par les méthodes que Daesh utilise, dans son soi-disant émirat», a déclaré Kaled al-Aboud.
Le député du Parlement syrien poursuit : «Contrairement à ce qu’ils prétendent, le projet des opposants syriens n’est pas de protéger la dignité du peuple syrien, ni de défendre leurs droits, ni de leur apporter la démocratie. Leur action prouve le contraire, et nous sommes témoins, aujourd’hui, de leur projet politique scandaleux, à Tadmor. Il a évoqué, ensuite, les opérations de l’armée syrienne et la Résistance libanaise, au Qalamoun, pour déjouer les complots des groupes terroristes : «L’armée et la Résistance ont remporté de grandes victoires, mais il faut souligner que l’armée syrienne ne se sert pas de toute sa puissance et de tous ses moyens, sur l’ensemble du territoire nationale. La stratégie de l’armée consiste à choisir des cibles bien déterminées, sans permettre, toutefois, que les groupes armés consolident leurs positions, dans d’autres régions du pays. Grâce à cette stratégie, l’armée ne permet pas aux milices armées et aux groupes terroristes de pouvoir constituer une entité politique ou étatique, dans les zones qu’ils ont occupées.
Selon le journaliste de l’agence Fars, depuis une dizaine de jours, les terroristes de Daesh ont exécuté, au moins, 200 personnes, à Tadmor, (Palmyre), dans la province syrienne de Homs. Ils ont arrêté, aussi, près de 600 habitants de cette ville. Depuis l’intensification des affrontements entre les terroristes et les soldats syriens, une grande partie des habitants a quitté la ville.
L’occupation de la ville antique de Palmyre, par les terroristes de Daesh, a soulevé, aussi, les vives inquiétudes de Damas et de la communauté internationale, en ce qui concerne le danger de la destruction systématique des vestiges de la ville antique de Palmyre, qui date de 2000 ans. Le Conseil de sécurité de l’ONU a exprimé sa vive inquiétude, quant au sort des milliers d’habitants de Tadmor et des réfugiés, qui ont fui la ville, suite à son occupation, par Daesh. A présent, Daesh contrôle la totalité de l’Est et du Nord-Est de la province syrienne de Homs. Mais la zone est, relativement, peu peuplée, à cause de ses conditions climatiques.

Éléments similaires (par tag)

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir