This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
dimanche, 04 mai 2014 10:54

Qui brûle la maison des syndicats d’Odessa ? par Pierre Dortiguier

IRIB- Une tactique révolutionnaire apprise à l’école US se déroule en Ukraine.
Apres l’exécution de policiers à Kiev , tirés par derrière depuis des balcons ou fenêtres d’ hôtels, et un lynchage opéré par des drogues qui infligent des blessures horribles, sur lesquelles on s’est très peu étendu, voici le programme Odessa. Ville, doit on en avertir, qui vit la première liaison navale par vapeur vers 1860 avec Haïfa en Palestine pour amener régulièrement les  immigrants juifs d’Ukraine et de Russie dans ce qui deviendra l’entité sioniste. Il semblerait que le chemin soit inverse et qu’il y ait un débarquement de criminels formés aux écoles terroristes dans cette action contre la maison des syndicats où l’on grille allégrement, garçons et filles étant à l’action et jetant leurs cocktails Molotov contre les indigènes, pour faire une quarantaine de morts. Le procédé est froid, plus que brutal, systématiquement criminel et bien sûr non influencé par quelque morale religieuse que ce soit, sauf le désir de griller l’adversaire.

La population est tenue à l’écart, la police ne bouge pas, et la loi de la terreur s’impose, rendant vaine toute élection présidentielle ou même tout régime démocratique, ou plutôt doit il s’agir d’une république sans people, car toute protestation d’identité locale est condamnée comme séparatisme, exactement ce qui s’est produit sous la Révolution française , et les Tatars dont Poutine a reconnu par ailleurs les droits en Crimée, autant que les Russes restent ce qu’ils sont. Les anéantir ou les griller, les étouffer ou les tuer par le gaz des incendies, telle est la marque d’une politique génocidaire dont les USA ont la paternité, que nul ne leur dispute. Ce sont les enfants de cette politique sauvage de domination étatsunienne qui, par la voie des prêts du FMI à une nation étranglée par ses escrocs, fera que l’Ukrainien paiera son gaz 50 pour cent plus cher, que nous voyons sur les écrans. Car toute manifestation servant les intérêts de la grande puissance dominatrice ou plutôt spoliatrice, celle que l’Imam Khomeiny, d’heureuse mémoire, qualifiait de « Grand Satan », est diffusée abondamment dans le monde, pour avertir les Etats de se montrer dociles. Que pareille tuerie organisée et qualifiée de nationale ou de démocratique soit une machine de guerre US, qui en douterait après avoir suivi les activités de peuples aussi divers, que ceux de Syrie, et ses néo wahabites, ceux d’Irak assassins de pèlerins, et ceux de Birmanie, dépeceurs de musulmans. 

La Russie est sous un chantage infâme et subtil à la fois. La raison et le sentiment unanime des Russes et des habitants de cet Empire, naturel aucunement fondé sur l’élimination de ses ethnies, mais leur cohabitation, lui commandent de sauver la vie de ses proches, mais le Veau d’Or est là, qui la menace de ne pas régler des factures impayées de gaz. Telle est la tristesse de notre époque de meurtres et de paupérisation sans héroïsme. Tout est régi pour frapper au plus bas, et le New Endowment for Démocratie est la fumée et l’odeur même pestilentielle se dégageant de cette maison des syndicats d’Odessa. « Dieu voit tout, lit-on avec raison dans les livres  sacrés, et il serait à souhaiter que nos chefs politiques, dont on peut dire avec circonspection, mais vérité toutefois qu’ ils doivent être l’ombre de Dieu protégeant les faibles, devraient plonger davantage leur regard sur cette Terreur, celle d’une Révolution mondiale organisée par l’économie la plus parasitaire qui ait jamais existe, et qui vient d être démasquée par cette tuerie commandée des quarante martyrs russes d’Odessa, car l’Ukraine est une fédération, ce qu’on  nommait dans le temps terre d’Empire. Briser cet Empire, tel est le dessein morbide de l’OTAN atlantistes, des perpétuels insurgent contre l’ordre naturel, humain et divin.         
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir