This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
dimanche, 29 décembre 2013 02:37

La fin pour Dieudonné ?, par Boniface Musavuli

IRIB-On attribue à Voltaire d’avoir remarquablement défendu la liberté d’expression par cette mémorable phrase :
« Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. » Dans le cas de l’humoriste Dieudonné, il ne risque pas d’y avoir des foules pour défendre le droit à la liberté d’une expression devenue « trop »dérangeante. Mais surtout, il y a du lourd en face. 

Le ministre de l’intérieur, Manuel Valls, semble en avoir fait une affaire personnelle. Après avoir cité Dieudonné dans au moins un de ses meeting[1], le locataire de la Place Beauvau vient d’annoncer sa volonté d’interdire les spectacles de Dieudonné[2].

Aux prises avec le CRIF

Il n’est pas le seul à vouloir se débarrasser de l’homme qui dérange. Le CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France) est en conflit ouvert avec un Dieudonné qui considère qu’on peut rire de tout, y compris des Juifs, de la Shoah, des chambres à gaz, d’Israël. Au point de se laisser aller à des provocations qui lui valent des procès en cascade.

Ce qu’il faut considérer comme un conflit ouvert entre l’humoriste et la communauté juive est même allé jusqu’aux débordements violents à l’occasion de multiples procès et à des agressions physiques. En effet, en mars 2005, en Martinique, Dieudonné fut passé à tabac par des individus dont on apprit qu’ils portaient des passeports israéliens.

Les médias mainstream, eux, ont déjà tranché. Depuis le fameux sketch du 1er décembre 2003, sur France3, dans lequel l’humoriste interprétait un extrémiste sioniste levant le bras et criant « IsraHeil ! », il est de bon ton de ne parler de Dieudonné qu’en fronçant les sourcils. Et tout le monde y va de sa formule. Il faut dire le plus de mal possible de lui lorsqu’on passe dans les médias.

Un homme trop complexe

Manuel Valls risque toutefois d’être confronté au côté complexe du personnage. En effet, si Dieudonné est cet homme qui dérange le CRIF, il reste un humoriste assez populaire. On ne compte plus les spectacles par lesquels il émerveille par son talent[3]. Il est aussi l’homme qui incarne progressivement « un bras d’honneur » assez particulier que de plus en plus de gens prennent un malin plaisir à adresser au « système » politico-médiatique. Le mouvement de la quenelle fait tellement d’émules et touche des personnes aux horizons divers.

Dieudonné s’est, par ailleurs, toujours revendiqué de la lutte des minorités (Noirs, Musulmans) et ne manque pas une occasion pour parler des « descendants d’esclaves ». Il considère que le « système » politique et médiatique actuel n’accorde pas assez d’espace à la mémoire de certaines victimes de notre histoire commune, ce qui lui vaut d’être accusé de mettre les mémoires en concurrence[4].

Effet boumerang ?

C’est donc un personnage à plusieurs facettes, et la tâche de manuel Valls risque d’être compliquée. Si le ministre n’apprécie pas « l’homme qui indispose le CRIF », le public, lui, veut revoir son humoriste. Mais aussi, les contestataires du système politico-médiatique actuel pourraient être requinqués en apprenant que leur idole devient la cible du gouvernement. On pourrait, paradoxalement, se retrouver avec des « quenelliers » partout.

 

Enfin, plus sensible, comment les « Noirs de France » prendraient l’acharnement d’un ministre de la République sur une personnalité qui se revendique des luttes contre les racismes ? on marche sur les oeufs

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir