This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
jeudi, 05 février 2015 08:30

Syrie: la France s'en mord les doigts....!!

IRIB- Tant que Daesh n’aura pas été battu en Syrie,...

il sera impossible de sauver l’Irak, commencent à réaliser les experts et les hommes politiques occidentaux. 

Le quotidien libanais An-Nahar a publié un article selon lequel les directeurs de recherches des grands centres d’études géopolitiques aux Etats-Unis qui présentent régulièrement leurs rapports aux responsables de la Maison Blanche, disent ces derniers temps que le président français François Hollande devrait aller au-delà de l’expression de ses remords quant à l’inaction de son gouvernement depuis l’été 2013 pour soutenir efficacement les opposants soi-disant « modérés » au gouvernement de Damas. Et ce d’autant plus que les responsables officiels de Paris n’ont jamais pris au sérieux des opposants syriens ni l’importance de la lutte contre les terroristes.

En réalité, la France n’a même pas voulu aider les groupes « modérés » à se battre contre Daesh et les autres organisations terroristes extrémistes, pour penser plus tard à la possibilité du partage du pouvoir, éventuellement, avec le gouvernement du président Bachar al-Assad.

Le quotidien An-Nahar ajoute : « Selon ces experts américains, le monde est confronté aujourd’hui à une véritable guerre à l’intérieur de la Syrie, et cette guerre permet à une organisation terroriste comme l’Etat islamique (Daesh) à développer ses activités militaires dans une région de plus en plus vaste. Ces analystes estiment que la coalition internationale anti-Daesh, formée par les Etats-Unis, se sent relativement rassurée en voyant qu’elle a pu obtenir des victoires assez importantes face aux terroristes en Irak. Mais les pays membres de la coalition savent très bien que ce sentiment de victoire n’est peut-être qu’une illusion. Aujourd’hui, tout le monde commence à réaliser que pour combattre efficacement les terroristes de Daesh, il faut éviter les méthodes classiques et traditionnelles de combat. Daesh veut prouver que les membres de ce groupe s’appuient sur de nombreux éléments qui les soutiennent face à la communauté internationale qui ne trouvera pas de solution pour anéantir cette organisation terroriste. Mais d’après l’auteur de l’article du quotidien libanais An-Nahar, il existe aussi de nombreux éléments qui permettront à la communauté internationale de vaincre réellement l’organisation terroriste de Daesh. L’un de ces éléments consiste à prendre en compte les liens qui existent entre les événements de la Syrie et de l’Irak.

Selon An-Nahar, tant que Daesh n’aura pas été battu en Syrie, il sera impossible de sauver l’Irak, commencent à réaliser les experts et les hommes politiques occidentaux. Autrement dit, tant que la guerre continue en Syrie, il serait impossible de vaincre séparément Daesh en Irak. Il est vrai que la Syrie n’est pas le seul refuge des terroristes de Daesh dans la région, mais la défaite militaire de Daesh en Syrie pourra considérablement empêcher la propagation des activités des groupes djihadistes dans la région du Moyen-Orient et dans le monde. Pour le moment, Daesh est la source d’angoisse et de terreur pour les peuples et les gouvernements de la région du Moyen-Orient. Les crimes horribles que les membres de ce groupe commettent contre les civils, notamment les membres des minorités ethniques et religieuses, sème la terreur en Syrie et ailleurs. La communauté internationale n’a qu’un seul choix devant elle : se battre contre ces organisations et les vaincre définitivement.

Comment la communauté internationale pourra-t-elle se battre contre le terrorisme ?

Selon l’auteur de l’article du quotidien libanais An-Nahar, l’émissaire spécial de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura n’a pas de réelles chances pour faire avancer son projet de cessez-le-feu d’abord à Alep puis dans le reste de la Syrie. D’ailleurs, il n’exprime plus la conviction qu’il avait au début de sa mission diplomatique, et ne croit plus à la réussite de son projet. Par ailleurs, les dirigeants de Moscou savent, eux aussi, que leurs divers projets pour mettre fin à la crise actuelle en Syrie, sont menacées par des risques très importants. En ce qui concerne les Etats-Unis, il parait que pour le président Barack Obama, la seule voie qui existerait pour changer la donne en Syrie, c’est de former, armer et soutenir les opposants « modérés » pour qu’ils puissent se battre à la fois contre le gouvernement de Damas et les terroristes extrémistes. An-Nahar ajoute que les dirigeants américains croient que tout ce qui pourrait être fait en dehors de leur projet, risque d’être inutile voire nocif et contreproductif.

Selon le quotidien libanais, il serait impossible de sauver l’Irak et repousser les terroristes de Daesh, tant que la Syrie restera encore dans la main des terroristes de ce groupe. Pour réussir un tel plan, il faut une action coordonnée par l’ensemble de la communauté internationale. L’auteur croit que l’Iran pourra y jour un rôle très important.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir