This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
vendredi, 18 juillet 2014 09:23

Gaza : La Résistance a le dessus dans cette guerre inégale....

Gaza : La Résistance a le dessus dans cette guerre inégale....
IRIB- Il ne fait l'ombre d'un doute que c'est le régime sioniste qui a déclenché ....
le nouveau cycle des affrontements en Palestine, surtout, à Gaza. Les démarches entreprises par le premier Ministre israélien Benyamin Netanyahu, immédiatement après l'annonce de la formation d'un gouvernent d'union nationale, pour mieux dire de consensus national entre le Fatah et le Hamas, viennent à l'affirmation de cela. Pour justifier son opposition à la formation du gouvernement de consensus national palestinien, le Premier ministre du régime sioniste a accusé le Hamas de terrorisme. Et pour étayer cette accusation, il a avancé le meurtre suspect de trois colons, en en endossant la responsabilité sur le Hamas. Cela a incité les colons qui ont enlevé le jeune palestinien de 15 ans et l'ont brûlé vif. Cette action a entrainé au moins deux conséquences. Primo, cela a débouché sur les protestations des Palestiniens en Cisjordanie, et dans les territoires occupés de 1948, surtout à Quds occupé, poussant le processus des évolutions dans ces régions jusqu'à la troisième Intifada. Secundo, cela a amené le Hamas et autres groupes de résistance à Gaza à mettre un terme à leur retenue face aux agressions du régime sioniste. En représailles aux raids israéliens sur Gaza, les groupes de résistance ont commencé à tirer des missiles et des roquettes sur Israël ; ce qui a incité le régime sioniste à intensifier ses raids aériens et terrestres sur Gaza. Donc, la troisième Intifada en Cisjordanie et dans les territoires occupés de 1948, s'avère nécessaire pour venir dans la conjoncture actuelle au secours du peuple palestinien. En effet, le régime sioniste semble compter sur les opérations de l'EIIL, le groupe terroriste de l'Etat islamique en Irak et au Levant, pour avancer et réaliser ses objectifs politiques et militaires dans la guerre contre Gaza. Les deux opérations semblent être les deux revers d'une même monnaie. Cela étant dit, l'opération de l'EIIL, qui devrait aboutir au renversement de Nourri al-Maliki à Bagdad, est restée inachevée et contrairement à ce que les Baathistes, et leurs protecteurs arabes et occidentaux souhaitaient, une fois après son emprise des provinces à population sunnite de l'Irak, l'EIIL a annoncé l'établissement d'un califat islamique. Donc, le régime sioniste n'a pas pu utiliser les attaques de l'EIIL comme une marge de sécurité pour mener ses objectifs en Palestine. Si l'offensive de l'EIIL progressait, comme prévu, et aboutissait à la chute du gouvernement de Maliki ou au démembrement de l'Irak, le régime sioniste pourrait procéder à une vaste opération militaire en Cisjordanie et même en Jordanie pour favoriser le terrain à la mise en œuvre du projet de la fédéralisation de la Palestine et de la Jordanie, comme une alternative à la création d'un Etat palestinien. Or, la première phase de la défaite de la nouvelle offensive du régime sioniste en Palestine semble découler de l'insuccès du plan de l'EIIL, en Irak et la deuxième phase de cette défaite est en train de se réaliser à Gaza. Tout indique à croire que le régime sioniste a été grandement surpris par la guerre de Gaza, car le régime sioniste a concentré tous ses efforts pour empêcher la reproduction de la guerre de 33 jours et d'empêcher le Hamas et les autres groupes de résistance de se transformer en un nouveau Hezbollah. Mais, il a y a échoué, car les groupes de résistance palestiniens ont réussi à accomplir en une semaine ce qu'il avait été enregistré pendant 33 jours, par le Hezbollah en 2006. Les groupes de résistance palestiniens ont su accéder à un équilibre de forces sur les plans militaires, aérien et terrestre. En 2006, lors de la guerre de 33 jours, le Hezbollah a imposé au régime sioniste l'équation de « Beyrouth face à Tel-Aviv », c'est-à-dire en cas de l'attaque contre Beyrouth, Tel-Aviv serait attaqué. Cette fois-ci, les groupes de résistance palestiniens ont su s'attribuer une telle position en une semaine, et ils ont révélé au régime sioniste qu'ils sont capables d n'importe quel endroit de la Palestine, des centres sensibles nucléaires à Dimona jusqu'aux capitales politiques et administratives du régime sioniste, Tel-Aviv et Qods-Ouest. Le régime sioniste comptait beaucoup sur son système anti-aérien, Dôme de Fer, mais cette guerre a montré que ce système est tout à ait vulnérable aux missiles de la résistance palestiniens. Lors de guerre de 33 jours, les appels au cessez-le-feu ont commencé à se multiplier, plusieurs semaines après l'offensive israélienne, mais cette fois-ci, cela s'est produit, à la première semaine de l'offensive israélienne sur Gaza, ce qui montre que le régime sioniste n'est pas capable, en raison de sa vulnérabilité, de s'engager dans une guerre d'usure. Un phénomène tout à fait nouveau dans la guerre contre Gaza, c'est que le groupe de résistance ont utilisé les drones, capables transporter des engins militaires, dévoilant ainsi nouvelles dimensions des capacités des groupes de résistance pour acquérir une puissance de dissuasion face à l'armée du régime sioniste. En outre , les groupes de la résistance palestiniens ont dévoilé leur intention d'entrer en Palestine occupée, et en cas d'une offensive terrestre du régime israélien, à Gaza, ces groupes pourraient faire des progressions à l'intérieur des territoires occupés palestiniens de 1946 ( Israël).

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir