This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
lundi, 21 avril 2014 12:57

Bandar Sultan, éliminé : vraiment ?!

IRIB – L’agence officielle saoudienne a fait part hier mardi d’un décret royal prévoyant

la destitution de Bandar Ben Sultan. Cette actualité pourrait quand même être vraie ou non. Dans un article paru par leblog.com, le journaliste et auteur américain Thomas W. Lippman se lance dans les spéculations au sujet de la présence de Bandar Ben Sultan, sur la scène politique et de renseignements saoudiens, pour dire que malgré sa démission, ce dernier continuera probablement à jouer son rôle, en ombre. Plus de détails, dans un article du site d’information Tadbir dont voici, dans les lignes qui suivent, la version française.

…..

‘‘Nous aurions porté un jugement hâtif sur la démission de Bandar Ben Sultan. L’agence officielle saoudienne a fait part mardi du décret royal, prévoyant une destitution de ce dernier, une nouvelle qui pourrait être vraie et fausse à la fois ! A l’âge de 65 ans, il était regardé comme un homme relativement jeune, pour son poste de chef de l’appareil de renseignements saoudiens. On entendait pourtant qu’il avait subi, quelques mois d’auparavant, une opération chirurgicale, et qu’il avait pensé à démissionner, alors qu’il passait sa convalescence au Maroc.

C’est aussi possible que le Roi de l’Arabie saoudite ait été déçu du bilan de Bandar Ben Sultan, parce qu’il n’a guère réussi ses différentes missions. A titre d’exemple, Bandar Ben Sultan n’a pas réussi à attirer suffisamment l’appui des américains, en vue de renverser le régime d’Assad, en Syrie. Il n’a pas réussi, non plus, à réunir les opposants syriens. De même, au cours des récentes concertations à Moscou avec les responsables russes, il n’a pas réussi à les dissuader à soutenir le Président syrien Bachar Al-Assad.

Le fait que Bandar Ben Sultan ait abandonné son poste de présidence de l’appareil de renseignements ne signifie pas forcément qu’il a abandonné la scène politique saoudienne et sécuritaire et le cercle de pouvoir saoudiens.  Il a été désigné patron de l’appareil de renseignements en 2012, en remplacement du prince Muqrin ben Abdelaziz. Plus tard, le prince Muqrin a été désigné l’adjoint du prince héritier, pour devenir la deuxième personnalité officielle la plus haute gradée dans la hiérarchie de la dynastie saoudienne. Même, lorsque l’autre prince de l’Arabie saoudite et demi-frère du Roi, Talal Ben Abdelaziz restait, pour un certain temps, il y a quelques années, éloigné de la famille royale et la classe dominante, à cause, justement, de ses appuis à l’ancien président nationaliste égyptien Gamal Abdel Nasser, il ne fut pas entièrement abandonné par le Roi qui a pourtant pris quelques années pour retourner vers lui. En tout cas, celui qui remplace Bandar Ben Sultan est le Général Youssef ben Ali Al-Idrissi. A part cette nouvelle, rechercher le nom d’Al-Idrissi au moteur de recherche de Google n’apprenait pas grande chose, jusqu’ici, aux internautes ; ce qui montre que ce dernier n’a pas eu de présence marquante sur la scène politique et de renseignements de l’Arabie saoudite.''

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir