This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
dimanche, 24 novembre 2013 06:24

L'Accord historique Iran/Occident, les conséquences stratégiques?

IRIB- Les experts estiment que la conclusion d’un accord entre les Etats-Unis et l’Iran pourrait avoir des conséquences régionales et internationales très profondes. 

Le site d’information al-Nashra a publié un article selon lequel un rapprochement entre les Etats-Unis et la République islamique d’Iran changerait profondément la carte géopolitique du Moyen-Orient, deux pays qui étaient alliés avant. Ainsi, la région du golfe Persique et le Moyen-Orient pourraient connaître une réduction considérable du rôle des pays comme la Chine et la Russie, ainsi que le renforcement de la position des Etats-Unis dans les pays de l’Asie centrale.

Par ailleurs, un rapprochement entre les Etats-Unis et la République islamique d’Iran pourrait avoir aussi une influence sur la position régionale de la Turquie, car un tel rapprochement pourrait renforcer la position de l’Iran dans la région de la Méditerranée. Par ailleurs, l’Iran et la République d’Azerbaïdjan pourraient espérer l’amélioration de leurs relations en convergeant d’avantage leurs intérêts dans le bassin de la mer Caspienne.

En outre, en ce qui concerne le président des Etats-Unis, Barack Obama, des experts estiment que le rapprochement éventuel avec l’Iran pourrait être considéré pour lui, une réussite politique importante dans les dernières années de sa présidence.

Et enfin, quant à la République islamique d’Iran, le rapprochement avec l’Occident pourrait améliorer la situation économique du pays, et réduire la dépendance du pays au soutien de la Russie ou de la Chine, sans oublier pourtant que Téhéran ne s’oppose jamais à une coopération étroite avec les pays membres de l’Organisation de Shanghai.

Cependant, il faut admettre que malgré les sanctions économiques des pays occidentaux, la République islamique d’Iran a toujours su renforcer sa place en tant que grande puissance régionale dans la région du Golfe persique et de l'orient , sans oublier le rôle axial qu’il jour dans le règlement de la crise syrienne. Un face à face par procuration s'est déroulé effectivement entre l'Iran d'une part la turquie, l'arabie saoudite et le Qatar de l'autre et qui a eu pour le décor la Syrie. l'atout iranien dans ce face à face est bien évidemment la Syrie et l'Iran conserve toujours cet atout et ce malgrès les sanctions et les pressions dont il fait l'objet.
l'Arabie saoudite a tenté depuis 2011 de liguer les takfiris jihadistes contre le régime et l'armée syriennes . quelques 40000 terroristes arùmés combattent en Syrie. mais les masques sont très vite tombés et les relations entre Riyad et les terroristes takfiris sont désormais connus de tout le monde. l'Arabie saoudite fait face à ce que les analystes qualifient de "défaite startégique" et dans son extrême désarrois il se pourrait qu'elle se livre même à une confrontation directe avec l'Iran. les attentats suiscides de mardi dernier à Beyrouth dont les auteurs se revendqiuent des élements proches de Riyad aide à bien renforcer cette hypothèse.

Et la Turquie? le pays d'Erdogan s'est longtemps rangés dans le camp des ennemsi de la Syrie , se transformant en une véritable menace stratégique contre les intérêts géopolitiques de l'Iran. mais depuis peu , la Turquie semble changer de cap et s'intéresse à régler ses divergences avec l'Iran. les Turcs acceptent désormai sà écahnger leurs renseignements avec les iraniens en vertu d'un accord que leur rensiegnement  a signé avec le renseignementiranein. Ankara sait pertinemment que toute confrontation avec Téhéran risque de lui coûter cher dans la mesure où il y a la question très délicate des kurdes qui pourrait à tout moment surgir et devenir un réel problème pour l'AKP. de nombreux analystes affirment avoir percu dès la seconde moitié de 2013 les signes d'un retrait d'Ankara de ses positions hostiles à l'encontre de l'Iran et de la Syrie . la Turquie semble être désormais sur la défensive. elle a perdu dans saguerrecontre l'Iran et la Syrie son allié américain . Mieux vaut dont opter pour plus de modération , moins d'hostilité ouverte.

Et l'Arabie saoudite? du côté de Riyad , rien n'indique la moindre volonté d'apaisement. au contraire , les saoudiens veulent s'armer non seulement de bombes atomiques pakistanaises mais encore de missiles balistqiues SS2 . . c'est un message direct à l'adresse de Téhéran . certes le Pakistan qui offre un terrain sûr à l'entrainement de plus de 40000 terrorsites takfiris accueille à bras ouvert les investissemenst saoudiens l'offre d'achat de bombes atomiques comme il a bien accueilli la demande saoudienne d'envoyer des terroristes en Syrie

Et pourtant Islamabad sait qu’il est dépendant du projet du transfert de l’énergie iranienne pour sauver son économie. En outre, les dirigeants pakistanais ont tiré leçon de leurs interventions dans les affaires intérieures de l’Afghanistan. Un rapprochement éventuel entre l’Iran et les Etats-Unis, aurait donc des conséquences significatives sur les relations entre Téhéran et Islamabad, ce dernier ayant besoin d'un Afghanistan stable....

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir