This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
dimanche, 13 octobre 2013 08:59

Syrie de 2013 : Où en sont "les ennemis" d'Assad?

IRIB- C'est le journal libanais Al Bana qui se penche sur l'état dans lequel se trouvent aujourd’hui....

les pays qui emboitant le pas aux Etats Unis ont décidé en 2011 de participer activement dans le projet de " l'anéantissement de la Syrie"!! " la solution militaire pour la crise syrienne n'existe pas. De l'aveu d'une majorité des Etats, c'est via les pourparlers de Genève II qu'il faudrait agir pour mettre un terme à la guerre contre la Syrie. les spéculations vont bon train sur la date de la tenue de cette conférence . D’aucuns avancent le mois de décembre comme date butoir mais la conviction générale est que Genève II n'aura pas lieu à la date prévue et que cette date ira allonger la longue liste des dates déjà évoquées mais jamais honorées". et le journal poursuit : " Les groupes et les parties qui ont compté sur le chaos syrien pour en tirer un maximum de bénéfice se trouvent dans une posture fort difficile. Ces milices devront savoir que la situation à Gaza, en Tunisie, en Irak ou encore en Arabie saoudite ne va pas dans leurs intérêts. ceux qui se sont ingérés en Syrie avaient fondé de faux espoirs en Amérique , en Europe et en pays arabes mais ils s'aperçoivent désormais qu'il se sont trompés" " la situation régionale , telle qu'elle va , n'est pas bonne pour les opposants syriens. l'ex président égyptien, Mohamad Morsi en sa qualité de plus grand soutien aux miliciens , se trouve en prison. il a besoin des gens qui le sortent du taule! ce qui veut dire que le plus grand pays arabe s'en tient désormais à une stricte neutralité ou pire qu'il tend à soutenir le régime Assad. les Frères musulmans ont presque oublié la Syrie et n'ont les yeux tournés que vers la prison où est détenu Morsi. " " An Arabie saoudite non plus la situation n'est pas brillante . le roi Abdellah est malade et impuissant et il ne dirige presque plus rien en son royaume . les princes se disputent son trône . le chef du renseignement saoudien Bandar Sultan ne se soucie que de renforcer son propre clan, le chan Sultan. il y a aussi un second groupe , les partisans de Motaeb Ben Abdellah Ben Abdelaziz, ministre de la garde royale et un troisième groupe de prétendants, mené par Mohamad ben Nayef,, ministre de l'Intérieur. cela fait beaucoup pour un seul pays qui a en outre la prétention de changer les régimes dans les pays voisins. tous ces princes ne cherchent qu'à défaire leurs rivaux et ils veulent tous utiliser l'atout syrien à cette fin. " le journal s'intéresse en suite à la situation en Turquie : " la Turquie se trouve elle aussi confrontée à de nombreux problèmes économiques et sociaux liés à ses ingérences en Syrie. les risques d'isolement le plus total plane sur l'Etat turc dans les mois à venir d'autant plus que le FMI a lancé des avertissements comme quoi la Turquie risque de connaitre le même état des finances que la Grèce, le Portugal, ou encore l'Argentine. L'extrémisme croit à une grande vitesse aux portes de la Turquie ,; soit dans les régions limitrophes de la Syrie utilisées par le gouvernement Erdogan à titre de base arrière du takfirisme en guerre contre la Syrei. la situation est tellement grave qu'Ankara a décidé d'ériger un mur de séparation haut de deux mètres le long de ses frontières avec la Syrie/  et dire que la Turquie n'est pas isolée est dans ce contexte une plaisanterie . Et au Qatar, Tamim au pouvoir , il ne reste presque plus rien de la gloire de Hamad , de ses plans diaboliques pour la Syrie . A tous ces déboires , les "opposants" d'Assad devront ajouter les querelles internes qui déchirent leurs rangs. les opposants d'Assad ne sont pas capables d'unir leurs rangs car ils ne sont pas homogènes, ils sont soutenus par différents pays à savoir la Tchétchénie, le Koweït , l'Afghanistan, le Pakistan, l'Allemagne . cette opposition est un cocktail d'intérêts divergents " les divergences au sein de l'opposition anti Assad est si vastes si profondes qu'il n'y a aucune chance pour un gouvernement provisoire puisse voir le jour un jour au nord de la Syrie. résulta : Bachar continue à règner et c'est lui qui pèse de tout son poids sur le destin de la Syrie dans les mois à venir "!!

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir