This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
vendredi, 22 février 2013 08:30

La guerre hypocrite contre la Syrie, par Pierre Dortiguier

IRIB- L’attentat de Damas, avec sa cinquantaine de victimes, ...

...est, savamment, noyésous un nombre prétendu de morts de civils et de militaires, qui dépasserait le chiffre de 70.000, voire, davantage, et sans vergogne, les  organisations charitables –sous quelque nom qu’elles apparaissent- s’emploient à minimiser les conséquences des actes terroristes. Le peuple syrien n’estdonc exalté que par ceux qui méprisent les souffrances de la population, afin que nulle attention ne soit plus portée à la véritable terreur. Il est, donc, peu étonnant qu’un quotidien catholique parisien «La Croix», abandonnant ses préventions ordinaires contre l’islamisme, rassure ses lecteurs –dont le clergé français-  sur la confiance que «les Sunnites»  accordent, en Syrie, à la secte des Frères Musulmans, en ces termes, dans un encadré de l’édition de mercredi 20 février: «L’idéologie des Frères musulmans fait écho aux aspirations  des populations arabes sunnites, dans les villes et les campagnes de la région» (p.3). Et comme pour apaiser les craintes des bien-pensants, l’on cite un exemple : dans les zones dites  «libérées» -terme mis entre guillemets, mais qui fait le même effet que l’ancienne propagande communiste, un cheikh remplace les fonctionnaires chassés, sinon, massacrés, et voici comment le même terme, qui provoque la répulsion, au Mali, doit être accepté, par ceux dont il est bon, politiquement, de se servir, pour développer certaine islamophobie, celui de la charia ! «la charia a remplacé la justice de l’ancien régime, inspirée en partie du modèle français : Nous sommes en guerre..Nous avons une interprétation souple des peines fixées par la charia», précise ce cheikh» Wail Hafiz (ibidem)..Et ce brave homme est, ainsi, présenté, par ce quotidien catholique : «on le dit sage et pieux». Nous devons éprouver alors  le même sentiment qui faisait du portrait brossé par les Jésuites de Confucius, un égal deSocrate ! Quant au représentant de la loi, il suffit de savoir de lui qu’il a  fui la ville «avec tous les hauts fonctionnaires alaouites du régime».

 Ce tableau de la guerre est un modèle de propagande, mais hypocrite, car il suggère que les loups sont des agneaux, dans un pays, que l’on reconnaît dévasté, mais ces impressions, quoique réelles, sont diminuées, par l’enthousiasme mis à accueillir la nouvelle fraternité exportée des Etats du golfe Persique.

Il est remarquable qu’aucune allusion aux Chrétiens syriens ne soit faite, sur un long article : ils ont choisi de demeurer en enfer, selon la nouvelle idéologie que le journaliste de "La Croix", Olivier Tallès, veut faire admettre à ses lecteurs, celle des Frères Musulmans ! Il y a là un paradoxe, qui doit nous amener à conclure que notre France est engagée dans la guerre ; qu’à aucun moment il n’est question de négociations, de rappel des entretiens de Genève, ou simplement de la nécessité d’arrêter ces ruines, cette inflation, cet paupérisation générale. Un «rebelle»  livre au journaliste que »les classes moyennes tombent dans la pauvreté, carla crise s’éternise».  

    Une seule issue est,donc, donnée, par l’un des journaux les plus modérés qui soient, celle de laisser s’exprimer le parti moteur de ce qui est donné, pour une «révolution», le gouvernement étant qualifié d’Ancien Régime», selon un placage ridicule et faux, qui démontre, cependant, que cette guerre syrienne est une affaire idéologique ; et non point, l’effet, pour reprendre le mot employé par le rebelle, d’une crise !

      Il faut juger de l’attentat d’aujourd’hui, comme des précédents, en évoquant une guerre de capitulation, sans conditions, sur le modèle de la guerre civile US, avec, tout commeà cette époque, l’emploi de tous les moyens, pour abattre le moral des gens. Par la misère,réussira-t-on à gagner les Syriens à l’abandon de leur sort aux mains d’équipes formées, sous les auspices du Qatar ? Non, car la lutte est, désormais, pour la survie nationale, et si la Syrie venait à être subvertie ou livrée à ses «libérateurs», le résultat en serait alarmant, pour tous les pays, qui résistent aux pressions anglo-américaines. Et ce serait une défaite arabe beaucoup plus grave que celle  subie contre l’entité sioniste, en 1967.

 

 
 
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir