This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
vendredi, 03 février 2012 13:23

Du rapport sur la Syrie et de sa traduction, par Omar Mazri

IRIB- L’opportunité s’est offerte à nous par la disponibilité du rapport, en arabe, qui semble en voie de liquidation, pour revenir au schéma libyen...
c’est-à-dire confier notre vérité, notre devenir, notre initiative et nos problèmes à d’autres qui sont eux même le problème et non la solution à l’ensemble de nos problèmes, si nous faisons abstraction de notre colonisabilité, qui réapparaît, après la perte de nos repères idéologiques, politiques et culturels.

Nous l’avons fait, commandés par notre conscience arabe, notre devoir d’intellectuel, notre regard lucide, sur le monde arabe, sans esprit partisan, ni prise de position doctrinale, derrière un homme de religion, un parti politique ou un gouvernement. Nous avons agi, en toute liberté.

Omar Mazri: 02-02-2012

 

Au Nom d’Allah le Miséricordieux, le Miséricordieux

{Il est une communauté : ils guident par la Vérité, et grâce à elle ils sont justes.}

{O David, Nous Avons Fait de toi un successeur sur terre, juge donc entre les Hommes en toute Vérité et ne suis pas la passion, autrement elle te fourvoiera de la Cause d’Allah. Ceux qui se fourvoient de la cause d’Allah auront un sévère châtiment, en raison de ce qu’ils oublièrent le Jour du Jugement.} (Coran)

Je dois dire que moi et mes amis, Haaaa et Ahmed Manai, qui avons traduit le rapport, nous ne sommes pas syriens. Nous avons pris l’engagement individuel et non concerté de traduire ce rapport, dans son intégralité, de veiller à la traduction la plus fidèle et d’y aller, jusqu’au bout, sans a priori et surtout de ne pas faire marche arrière quelle que soit la conclusion finale de ce rapport, en répondant à l’appel de notre conscience.

Farouche opposant à la guerre contre la Libye et apportant la détraction religieuse à Qaradhawi et aux mouvements islamiques, j’avais l’appréhension légitime de me trouver avec des conclusions qui pouvaient aller contre mon refus de l’ingérence étrangère. J’avais pris l’engagement de traduire, sans lire la conclusion finale, et de respecter ma promesse de finir la traduction du texte et de la remettre à Ahmed Manai. J’ai manqué à une partie de ma parole, lorsque j’ai pris connaissance de la teneur, du sérieux et de la probité de la Mission, car nous étions habitués au mensonge et à la lâcheté. Je me suis permis de publier et de diffuser la partie qui m’a été échue, sans attendre la suite des conclusions, dont je n’avais pas connaissance, car je n’avais qu’une partie du texte arabe.

L’opportunité s’est offerte à nous, par la disponibilité du rapport, en arabe, qui semble en voie de liquidation, pour revenir au schéma libyen, c’est-à-dire confier notre vérité, notre devenir, notre initiative et nos problèmes à d’autres, qui sont, eux mêmes, le problème, et non la solution à l’ensemble de nos problèmes, si nous faisons abstraction de notre colonisabilité, qui réapparaît, après la perte de nos repères idéologiques, politiques et culturels.

Nous l’avons fait, commandés par notre conscience arabe, notre devoir d’intellectuel, notre regard lucide sur le monde arabe, sans esprit partisan, ni prise de position doctrinale, derrière un homme de religion, un parti politique ou un gouvernement. Nous avons agi en toute liberté.

En ce qui me concerne, Musulman affichant son islamité, je n’avais en vue, ni à plaire, ni à déplaire, ni à prendre position, sur le plan intérieur syrien, ni sur le plan géopolitique, mais de témoigner, pour Allah, de la vérité qui était en ma possession. Mes “collègues” sont connus pour leur probité morale et intellectuelle. Je les remercie de leur confiance. Je rends hommage à leur engagement pour la vérité. Ce travail honore notre arabité et notre islamité et rappelle notre humanité que les pêcheurs en eaux troubles veulent escamoter, car eux ils l’ont perdu, dans les arrangements d’appareils, dans la vassalisation ou dans l’aliénation doctrinale.

Nous avons respecté notre engagement et nous rendons hommage au général Dabi, qui a fait preuve de courage, de sincérité, de probité.

Nous apprenons que le Qatar aurait acheté la conscience des Palestiniens, pour prendre la tête de la Ligue arabe et dissimuler ce rapport. Le destin a voulu que nous soyons, malgré nous, devenus des témoins d’un document, qui ne peut plus être caché et qui doit être diffusé largement. La conscience mondiale doit se manifester, en faveur de la paix et de la non ingérence, dans les affaires intérieures, sauf pour réconcilier les hommes, tous les hommes, sans distinction de race, de religion, de conviction politique.

Nous sommes scandalisés par le traitement médiatique français, qui pratique de la désinformation, prenant en otage le peuple français et se comportant avec lui, comme s’il était immature, ignorant et illettré. S’appuyant sur le courage de dévoiler les manquements et d’étaler les défaillances, en vue de les corriger, la presse française jubile, comme si elle venait d’atteindre le nirvana de la médiocrité. A titre d’illustration, nous lisons, en ce début de février, sur le site de FRANCE 24 : ”L’intégralité du rapport de mission des observateurs de la Ligue arabe, en Syrie, a été dévoilée, par le magazine américain "Foreign Policy". Le document pointe du doigt les manquements des observateurs, sur le terrain. Édifiant… Ce bilan frise le grotesque et pointe l’amateurisme de la Ligue arabe, qui n’a pas préparé cette mission, comme il fallait”, confie, sous couvert de l’anonymat, un diplomate arabe, en poste, à Paris, contacté par FRANCE 24.”

Le destin a voulu que nous soyons, malgré nous, devenus des témoins d’un document qui ne peut plus être caché et qui doit être diffusé largement. La conscience mondiale doit se manifester, en faveur de la paix et de la non ingérence, dans les affaires intérieures, sauf pour réconcilier les hommes, tous les hommes, sans distinction de race, de religion, de conviction politique.

Les Arabes jouent l’indignation et la récrimination, mais force est de constater que, pour les rares fois où des Arabes se mobilisent, mus par leur conscience humaine et par leur arabité, les Arabes indignés et dénonciateurs ne semblent pas donner grand intérêt à ce rapport, pour le lire, le diffuser et le commenter, puis, se rappeler la tragédie libyenne, qui aurait pu être évité, si chacun avait exercé sa responsabilité. Par contre, des sites progressifs ou alternatifs francophones se sont fait l’écho de ce rapport traduit, en le publiant et en le commentant, allant jusqu’à dénoncer leurs gouvernants de duplicité, de mensonge, de colonialisme.

Bien entendu, les médias, les officines, les chancelleries et les états majors de l’Empire et de ses vassaux montent, graduellement en puissance, pour imposer leur solution : la dislocation de nos mentalités collectives, de nos territoires, de notre histoire commune, de nos économies, et de nos valeurs, déjà, fragilisées, par la décadence musulmane, la colonisation et la rancune accumulée entre les peuples et les gouvernants. Sur le plan de la logique impériale, nous pouvons considérer que cette volonté de dislocation est de bonne guerre, surtout, qu’elle vise des buts stratégiques : liquider l’axe de résistance contre le Sionisme et l’hégémonie américaine.

Ce qui met le Musulman, dans le désarroi, est l’attitude des mouvements «islamiques» et des savants musulmans, qui s’alignent, sans discernement, et renient, non seulement, le travail honnête et compétent du général Dabi, malgré les insuffisances qu’il a lui-même notées, mais la parole d’Allah immuable. Ici le reniement devient transgression :

?????? ???????????? ???? ?????????????? ??????????? ???????????? ??????????? ?????? ?????? ???????????? ????? ??????????? ??????????? ??????? ??????? ??????? ??????? ?????? ?????? ??????? ?????? ??????? ???????????? ??????????? ??????????? ???????????? ????? ??????? ??????? ?????????????? ???????? ?????????????? ???????? ???????????? ?????? ???????????? ?????????? ??????? ??????????? ???????????

{Et si deux groupes de croyants se combattent, réconciliez-les. Si alors l’un des deux groupes tyrannise l’autre, combattez celui qui tyrannise jusqu’à ce qu’il revienne à l’Ordre d’Allah. S’il revient, réconciliez-les avec justice et soyez équitables. Certes, Allah Aime les équitables. Les croyants ne sont que des frères, établissez la concorde entre vos frères. Et prenez garde à Allah, afin qu’Il vous Fasse miséricorde.} Al Hujurate 10

L’affaire reste une affaire intérieure et ne peut être une ingérence étrangère. A ce jour, les partenaires de l’internationalisation du conflit et du règlement des crises arabes, par le recours à l’agression supervisée par l’OTAN, n’ont aligné aucun argument religieux, géopolitique ou moral, qui autorise l’Empire d’agresser et de disloquer un pays musulman. Le pire, ils n’ont tiré aucune leçon, sur le cas libyen, ni répondu à la question, essentiellement, religieuse : qui doit payer, dans ce monde et dans l’autre, la rançon du sang, pour les milliers de morts, de blessés, de disparus et de réfugiés?

Waynkom ya Arab wayn wayn almalayeen, Wayn almalayeen Al Sha3b al Arabi Weyn chantait par la libanaine Julia Boutros

Omar Mazri

http://www.alterinfo.net/Du-rapport-sur-la-Syrie-et-de-sa-traduction_a70611.html/

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir