This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
vendredi, 02 décembre 2011 11:20

Iran/GB : les raisons de la colère!

IRIB- Les évènements tout récents que certains attribuent à une réaction de la rue iranienne, face aux sanctions de Londres, ont des causes beaucoup plus graves.
Alors que tous les responsables politiques occidentaux et leurs médias accusent l’Iran de ne pas respecter les règles, en matière de protection des ambassades, en fait, ce sont ces mêmes Occidentaux, qui bafouent ces règles, en utilisant celles-ci, pour fomenter des complots et déstabiliser l’Iran, planifier et soutenir, logistiquement, des actes terroristes, sur le territoire de l’Iran, notamment, des assassinats de scientifiques liés à son programme nucléaire civil. Déjà, lors des dernières élections présidentielles, en Iran, et les émeutes qui ont suivi, l’Iran avait accusé, preuves à l’appui, l’ambassade de Grande Bretagne de servir de plateforme, pour inciter à la sédition et à la violence. Plate forme, pour déstabiliser l’Etat, l’ambassade britannique était, aussi, et, surtout, la plaque tournante, pour l’hébergement et l’exfiltration de terroristes exilés iraniens des Monafeghins- oeuvrant pour le compte du Mossad/CIA/M16 - armés, par ces derniers, et qui avaient, pour mission, de semer la terreur, tuer des manifestants pacifiques et faire porter la responsabilité, sur les forces de l’ordre iraniennes, le même scénario que l’on a vu se répéter, en Syrie, ces derniers mois, cette fois, avec des extrémistes salafistes liés à Al-Qaida.

La Grande Bretagne, tout comme les Américains, soutient, également, les actions terroristes, en Iran, du groupe "Jundallah", hébergé, au Pakistan, mais ce qui est plus grave, encore, c’est l’appui de Londres à l’idée d’une attaque militaire contre l’Iran. Le ministère de la Défense britannique est, depuis longtemps, en effet, infiltré par des agents à la solde du Mossad, bien que la presse européenne ait, jusqu’à présent, refusé d’en faire écho. Pourtant, il s’agit, bel et bien, d’un véritable scandale politique impliquant l’ex-ministre de la Défense anglais, Liam Fox, et son «conseiller particulier» Adam Werritty, l’agent du Mossad. Ci dessous des extraits traduits d’un article de Jonathan Cook, intitulé, "Is Britain plotting with Israël to attack Iran ?" qui relate, en détails, le rôle de cette taupe du Mossad, pour pousser la GB à une guerre contre l’Iran.

«En Février dernier, le ministre de la Défense britannique, alors, en poste, Liam Fox, a participé, à Tel-Aviv, à un dîner, auquel avaient été conviés de hauts responsables israéliens. A ses côtés, se trouvait Adam Werritty, un lobbyiste, dont les «relations suspectes» avec le ministre, l’ont obligé, huit mois plus tard, à démissionner, précipitamment. Selon des informations, parues, dans les medias britanniques, les Israéliens participant à ce dîner étaient des représentants du Mossad, l’agence d’espionnage israélienne, alors que Fox et Werritty étaient accompagnés de Matthew Gould, l’ambassadeur de GB, en Israël. Selon un ancien diplomate britannique, le sujet de conversation de cette soirée était un complot secret, pour attaquer l’Iran…» Les autorités britanniques, elles -mêmes, ont tout fait, pour étouffer l’affaire, et, dans son rapport d’enquête, sur ces activités clandestines, Gus O’Donnell, un haut fonctionnaire, au Cabinet ministériel britannique, a, lui aussi, essayé de minimiser la portée de ces rencontres.

Mais selon J. Cook :

«Cependant, beaucoup de nouvelles inquiétudes sont apparues, suite à cette enquête soulevant plusieurs questions sur la transparence de l’enquête d’O’ Donnell, l’étendue des relations de Fox et Werritty avec Israël et le rôle inexpliqué de Gould. Murray a dit que le dîner de Tel-Aviv avait une importance particulière. Selon son contact, qui a eu accès à l’enquête d’O’Donnell, la discussion, cette nuit là, était centrée, sur les moyens, pour la Grande Bretagne, d’aider à créer des conditions diplomatiques favorables, pour une attaque contre l’Iran…. Selon Murray, l’épisode du dîner de Tel-Aviv soulève des «inquiétudes vitales, sur un agenda secret d’une guerre soutenue, au sein du gouvernement, comparable à la détermination de l’ex-Premier ministre Tony Blair, pour lancer une guerre contre l’Irak». "The Guardian" a révélé, ce mois ci, que le ministère de la Défense, sous Fox, avait conçu des plans détaillés, pour une assistance britannique, au cas où l’armée US attaquerait l’Iran, dont l’utilisation, par les Américains, de la base de Diego Garcia, un territoire britannique, dans l’Océan Indien, pour lancer leurs attaques…»

Le Premier ministre conservateur britannique, David Cameron, a refusé qu’une enquête plus poussée soit conduite, sur les agissements du couple Fox Werritty et leurs liens avec le Mossad. Et, pourtant, il existe plus d'une raison, pour recommander une telle enquête. Gould a été en poste, à Téhéran, comme vice-Chef de la mission diplomatique, à l’ambassade de GB, de 2003 à 2005, avant de devenir le responsable de la coordination avec la politique des US concernant l’Iran. Ensuite, il a été envoyé à l’ambassade britannique, à Washington, alors que les néo-conservateurs avaient toujours main mise sur la Maison Blanche. Sa carrière a connu un tournant, avec sa nomination, en septembre dernier, comme ambassadeur de GB, en Israël. Habituellement le Foreign Office ne nomme pas de Juif, à ce poste, craignant les conflits d’intérêts ou de donner l’impression de loyauté duelle. Pourtant, Gould ne cache pas son attachement au Sionisme et a cultivé une image si fidèle à cette pernisieuse idéologie que le "Forward", un journal pro-israelien, aux USA,  écrit : «Ce n’est pas, seulement, un ambassadeur qui est Juif, mais aussi, un Ambassadeur Juif». Quant à Werritty, il s’est rendu, fréquemment, en Iran, où il a rencontré et s’est lié avec des groupes d’opposants. Bien évidemment, lors de ses séjours, il n’a pas manqué de se rendre à l’ambassade, pour faire un compte rendu de ses rencontres. Selon un article de "The Independent", lors de l’un de ses retours de voyage, en Iran, il a été convoqué, par le M16 (services secrets britanniques), pour être un debriefing. Werritty s’est arrangé, pour voyager, en compagnie de Fox, en Iran, en 2007.. Selon Murray , les concertations clandestines entre Fox Werritty et Gould et leurs liens étroits avec Israël, de même que le refus du gouvernement de Cameron de faire toute la lumière, sur toutes ces rencontres clandestines, font que lui-même et ceux avec qui il est en contact, au sein du ministère de la Défense, craignent «qu’une cellule de néo-cons, en poste, comme ministres, et d’autres hauts responsables «dictent, secrètement, la politique étrangère de la GB, en coordination avec Israël et les US!

Rien d’étonnant, alors, que les derniers évènements concernant l’ambassade de GB, à Téhéran, aient pris la tournure qu’ils ont prises, au bénéfice d’Israël, qui applaudit à la rupture des relations diplomatiques entre Londres et Téhéran et n’a de cesse, via ses puissants lobbies pro-Israël, à Washington, de pousser les US à attaquer l’Iran, en concertation avec Londres, Paris et Berlin, pour ne citer que les partisans des Sionistes les plus actifs, sur la scène militaro-politique internationale.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir