This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
vendredi, 09 janvier 2015 04:03

Libye : qui livrera des armes au gouvernement ?

IRIB- Alors que le pays s'enfonce dans le chaos, le gouvernement légitime a lancé un appel au secours à la communauté internationale.
Il demande, sans délai, la livraison d'armes, pour faire face aux terroristes.

C'est une nouvelle étape de franchie, en Libye, après la demande des autorités à la communauté internationale. Lors d'une réunion de la Ligue arabe, le représentant libyen a appelé chacun à prendre ses responsabilités, devant la situation catastrophique, dans laquelle se trouve, actuellement, le pays. Mettant en avant que sans armes et sans soutien international, il sera, probablement, impossible de mettre les miliciens hors de d'état de nuire, le gouvernement a fait preuve d'une insistance particulière. Nabil al-Arabi, actuel secrétaire de la Ligue arabe a soutenu, à demi mot, cette demande, qui, en revanche, a provoqué un véritable débat entre les principaux interlocuteurs. Le Qatar, qui soutient le gouvernement illégal régnant sur Tripoli, s'est, vivement, opposé aux Émirats arabes unis, qui, de leur côté, soutiennent le gouvernement reconnu par la communauté internationale.

Cette demande, de la part de la Libye, illustre bien la problématique, qui se pose, désormais, après le refus de la communauté internationale, et, particulièrement, la France, d'intervenir militairement. Si Jean Yves Le Drian, ministre de la Défense français, a mis en avant les risques de voir se développer un véritable sanctuaire jihadiste, en Libye, il a, pour le moment, refusé l'option militaire. Pourtant, en 2011, c'est la France, qui avait mis en place la très large coalition visant à mettre fin au règne de Mouammar Kadhafi. Néanmoins, il est reproché de plus en plus aux pays de cette coalition de l'époque d'être responsable du chaos, dans lequel se trouve Tripoli.

Les livraisons d'armes, déjà, lancées

Livrer des armes s'avère être, cependant, un véritable danger. L'anarchie, qui règne en Libye, est, très largement, due au fait que les Occidentaux ont fourni des tonnes d'armes aux rebelles, qui ont, par la suite, refusé de les rendre. Cette situation a provoqué la montée en puissance des milices, face à une armée déliquescente, très peu entraînée. La question qui se pose, aujourd'hui, est de savoir qui prendra, à nouveau, le risque de livrer des armes. Néanmoins, la problématique est un peu différente, puisqu'il s'agit d'une demande émanant d'un gouvernement légitime, qui, de toute évidence, ne fournira pas d'armes à la population, mais les utilisera, via les militaires soutenant le régime. Le général Khalifa Haftar, qui a pris la direction des opérations visant à reprendre le contrôle de l'intégralité du territoire, a, visiblement, besoin de matériel, pour lancer une très vaste offensive.

Dans les faits, certains pays proches de la Libye, viennent, déjà, appuyer le gouvernement. C'est, notamment, le cas de l'Égypte, qui, malgré les démentis, a bombardé certaines positions extrémistes, et qui, selon toute vraisemblance, livre du matériel militaire à son voisin. Certains accusent, également, les pays du Golfe, d'approvisionner les miliciens en armes. L'opposition politique des Émirats et du Qatar, lors de la réunion de la Ligue arabe, en dit long, sur les intérêts des uns et des autres, en ce qui concerne une éventuelle victoire des hommes d'Haftar ou des miliciens de Tripoli. L'Algérie, de son côté, refuse de se mêler du conflit, mais se tient prête, aux frontières, à lutter contre une éventuelle infiltration de terroristes.

Après avoir demandé une intervention militaire, sous l'égide de l'ONU, et face au manque de volonté des Occidentaux, pour intervenir, la Libye souhaite, désormais, vaincre les miliciens de l'intérieur. Pour ce faire, elle aura, effectivement, besoin de plusieurs tonnes d'armes et de matériel militaire. Reste à savoir qui les fournira et si cela sera suffisant. Pour l'heure, aucune autre solution n'est envisagée.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir