This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
vendredi, 19 décembre 2014 04:19

Devant la chute des cours du pétrole, l'Algérie change de ton

Devant la chute des cours du pétrole, l'Algérie change de ton
IRIB- La chute du cours du pétrole en dessous de 60 dollars
et la perspective d'un prix, durablement, bas, ont ébranlé l'assurance de l'Algérie. Le ton est, désormais, à l'urgence, et de nouvelles orientations budgétaires sont envisagées.

Inflexible, au lendemain de la réunion de l'OPEP de novembre, durant laquelle le cartel de producteurs de pétrole a refusé de baisser sa production, malgré l'effondrement des cours, le gouvernement algérien commence à assouplir sa position.

Après avoir soutenu que la chute des prix était sans impact sur l'économie, en raison de réserves de change, (195 milliards de dollars), suffisantes, pour couvrir trois ans d'importation, Alger, désormais, admet faire face à une situation critique et change de ton.

Cellule de crise

L'équipe du Premier ministre Abdelamalek Sellal s'est, d'ailleurs, mise à l'action. Une première réunion interministérielle a eu lieu, le lundi 15 décembre, à Alger, afin de définir les secteurs, où des économies pourraient être faites, dans le cadre du plan quinquennal 2015-2019. Une deuxième rencontre est prévue, ce mercredi. Une cellule de suivi et d'évaluation de la situation, suite à la chute des prix du pétrole, a été mise en place, au sein du Conseil économique et social (CNES), institution étatique, chargée d'examiner les politiques économique et sociales du pays.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir