This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
jeudi, 26 décembre 2013 16:03

La RTI peut-elle résister à l'ouverture du secteur audiovisuel ?

IRIB-Fini le monopole, la télévision publique ivoirienne doit se préparer

à l'ouverture du paysage audiovisuel. Pour cela, il est indispensable qu'elle réduise sa dépendance vis-à-vis de l'État. Pas facile...La Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI), qui célèbre ses 50 ans, est-elle parée pour faire face à l'ouverture annoncée de l'espace audiovisuel ? Certes, le groupe public bénéficie d'atouts de poids : trois chaînes de télévision (la RTI 1, à vocation généraliste et institutionnelle ; la RTI 2, culturelle ; et RTI Bouaké, régionale), ainsi que deux chaînes de radio (La Nationale, généraliste, et Fréquence 2, pour le divertissement). Mais sur le plan purement économique sa mue n'a que trop tardé : en situation de monopole, l'entreprise n'a pas su - ou pas voulu - réduire sa dépendance vis-à-vis de l'État, lequel injecte sans compter des fonds dans sa gestion quotidienne.

"Notre vocation de service public nous fait bénéficier du concours financier de l'État, reconnaît Ahmadou Bakayoko, directeur général depuis mai et ancien de Canal+ Afrique. Mais je ne vous donnerai pas de chiffres précis." À défaut, on rappellera que, protégée par le parapluie des pouvoirs publics, la RTI paie de façon irrégulière ses charges sociales et patronales ; et qu'il y a quatre ans le gouvernement lui a donné un nouveau coup de pouce en annulant toutes ses dettes fiscales, soit des dizaines de millions de francs CFA...

Lire aussi :

Conseil : Marc Wabi à l'offensive chez Deloitte
Côte d'Ivoire : année zéro

Aujourd'hui, sponsoring, redevance audiovisuelle et recettes publicitaires - notamment celles liées à la retransmission en direct de grands événements sportifs comme la Coupe d'Afrique des nations et la Coupe du monde de football - représentent l'essentiel des 5,5 milliards de F CFA (environ 8,4 millions d'euros) de chiffre d'affaires de l'entreprise publique... sans garantir l'équilibre de ses comptes. "Les indicateurs de la RTI sont faussés par cette trop grande dépendance", confirme un expert des médias ouest-africains. Or Ahmadou Bakayoko veut la transformer en un grand groupe de renommée internationale. Pour cela, la RTI devra s'efforcer de fonctionner enfin avec ses seuls fonds propres.

TNT

Côté dépenses, la restructuration a commencé. En 2012, la RTI a réduit d'un tiers ses effectifs, pour les ramener à 600 personnes - au passage, elle a emprunté 2,9 milliards de F CFA auprès de la Banque nationale d'investissement (BNI) pour financer ce plan social. Mais côté recettes, tout reste à faire pour diversifier les sources de revenus.

Des antennes partout, ou presque

Avant 2002, les ondes de la RTI couvraient 96 % du territoire ivoirien. Mais les années de crise politico-militaire sont passées par là. Avec la destruction des antennes relais et des émetteurs disséminés à travers le pays, ce taux est descendu à 35 %. À la fin de la crise postélectorale de 2011, l'État a financé, pour 5 milliards de F CFA (environ 7,6 millions d'euros), la rénovation et la réhabilitation des émetteurs, ainsi que l'acquisition de nouveaux matériels audiovisuels. Aujourd'hui, le taux de couverture est de 90 %. B.M.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir