This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mercredi, 02 octobre 2013 16:33

Afrique du Sud : Encore du terrosime sur les animaux

IRIB – Au cours des derniers mois, le parc national de Hwange, situé à l’ouest du Zimbabwe, compte près de 100 éléphants tués au cyanure. Ces faits laissent les agences anti-braconnages inquiètes face au danger des braconniers qui se tournent vers l’empoisonnement dans le but de recueillir l’ivoire.
En septembre dernier, dix braconniers ont été arrêtés. Les avocats spécialisés dans les cas de braconnages parlent du plus grand massacre d’éléphants connu dans l’histoire du Zimbabwe. 90 éléphants auraient été tués, empoisonnés par un mélange de plomb et de cyanure, depuis mai dernier.

Sur les dix, trois braconneurs ont déjà été condamnés à des peines de 15 ans et des amendes importantes. Les sept autres passeront au tribunal ce mois-ci et les agences anti-braconnages prévoient d’autres arrestations ce mois-ci.

D’après la directrice des relations publiques des parcs nationaux du Zimbabwe, Caroline Washaya-Moyo, cette technique de braconnage est très dangereuse car elle est nouvelle et surtout invisible. Le cyanure est un poison très violent qui provoque l’arrêt de la respiration cellulaire. Le corps empoisonné entre dans un coma avec des convulsions suivi d’un arrêt du cœur.

«C'est vraiment un crime contre l’écologie, vraiment. Vous avez une chaîne de nourriture empoisonnée .... Nous le voyons aussi dans les guerres des rhinocéros où certains produits chimiques agricoles ont été insérés dans des oranges et des melons puis laissés de côté pour les rhinocéros parfois les éléphants. L'avantage à l'empoisonnement, du point de vue d'un braconnier, c'est que sans coup de feu vous n’attirez pas l'attention....", a déclaré Milliken, qui est à la tête d’une organisation contre le trafic illégal d’ivoire.

Dans le cas actuel, le mélange de cyanure et de plomb a aussi été retrouvé en bloc de sel dans les truyau d’arrosage. Les autorités se sont rassemblées avec l’Agence de gestion environnementale du pays afin de nettoyer les zones empoisonnées.

Suite á ça, le réseau des parcs du Zimbabwe, va devoir étirer ses ressources financières malgré les difficultés actuelles, afin de combattre cette nouvelle technique de braconnage.

Du fait de l’augmentation de la demande d’ivoire et de la réduction des rhinocéros et éléphant, les braconniers se déplacent vers le sud.

Le réseau des parcs du Zimbabwe aurait donc très vite besoin de plus d’aide, plus de personnel, de sécurité, de formation et de prévention.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir